Comment en est-on arrivé là ?

 

 Contexte de l’émergence du harcèlement moral dans les années 90

 

La souffrance au travail est aussi ancienne que le travail lui même, et était principalement dû à la division de la société en classe : La classe dirigeante minoritaire mais puissante et la majorité des productifs contraints à l’obéissance, aux cadences (processus tayloriens),  à l'exploitation et avec la montée en force des logiques financières, la déshumanisation, la perte du sens et un sentiment d'impuissante sans précédent. 

Aujourd’hui nous sommes confrontés à une explosion de la souffrance psychologique dans le monde du travail qui n’épargne plus personne (de l’ouvrier au cadre, de l’agent d’entretien à l’agent de maîtrise). 

Le harcèlement moral apparaît dans trois cas :

ELorsqu’on est face à une personnalité dite perverse, narcissique

ELorsque l’organisation et les conditions  de travail sont mauvaises.

ELorsqu’il est une méthode de management, une méthode de gestion du personnel.

 

1-      Le harcèlement : le fait d’une personne

Usant de  manipulations insidieuses pour atteindre son but (à savoir asseoir son autorité, se débarrasser de quelqu’un qui ne  plait pas,  qui ne rentre pas dans le moule ou bien obéir lui-même à des injonctions).

Le harceleur est soit, ce que l’on appelle une «personnalité difficile» voire «malade », soit un  des rouages d’une organisation de travail ou de management.  Bien sûr, lorsqu’on analyse son comportement on se rend compte qu’il n’a pas été mis à ce poste par hasard, le profil du personnage s’y prête.

Mais dans la majorité des cas, le harcèlement est devenu ces vingt dernières années

une méthode de management, bien rôdée, à laquelle certaines  entreprises forment le personnel d’encadrement.

C’est pourquoi nous analyserons ici le harcèlement comme un processus organisationnel et une méthode de management qui suscite des comportements « harcélogènes ».

 2 – le  harcèlement : Processus organisationnel 

L’émergence du harcèlement moral dans les années 80/90 correspond parfaitement à la phase de dérégulation et de libéralisation sauvage de l’économie. Cela a modifié considérablement et radicalement les modes de fonctionnement et les formes d’organisation du travail.

 -          L’individualisation du travail, l’obligation de résultat, l’évaluation individualisée des salariés produit à la fois la mise en concurrence des salariés et un discours managérial qui renvoie chaque salarié à lui-même.

-         - L’environnement lié aux conditions de travail : matérielle, organisationnelle, intensité, performances, culture d’entreprise.

-

 3 – le harcèlement : Méthode de management 

-          Les directions d’entreprises mettent en œuvre des techniques de gestion des ressources humaines agressives qui permettent de «pousser à bout » pour se débarrasser les personnes qui ne correspondent pas au profil voulu.

-          La peur du chômage et de la précarité, la stigmatisation de celles et ceux qui ne rentrent pas dans le moule  provoquent des conduites défensives d’obéissance et de soumission qui neutralisent les solidarités collectives

-          De nos jours, on demande aux salariés non seulement de vendre leur force de travail et leurs compétences mais de fournir en parallèle un engagement émotionnel et personnel en adhérant à ce mode de fonctionnement, aux nouveaux systèmes de relations sociales, ainsi qu’à la politique de l’entreprise.

  C’est-à-dire être consentant sur les conditions de travail et sur le discours.   

La prise en tenaille entre la complexification de l'activité, la surcharge de travail et la perte de sens. 

L’émergence du harcèlement moral a révélé les failles de l’action collective

 car la méthode repose principalement sur la stigmatisation, l’isolement et la peur.

Elle est révélatrice de la destruction du tissu social dans un contexte de mondialisation sauvage

 et de déficit de solidarités sociales et professionnelles.

 

 Elle et le reflet de la banalisation de la violence économique  (guerre économique)

 et de la violence  sociétale.

 

Quelques Chiffres

Les victimes osent enfin parler et révèlent l’ampleur du phénomène

  • moyenne d'âge: 41 ans (29% entre 36 et 45 ans, 43% entre 46 et 55 ans)

  • Le public et le privé sont selon les sondages à égalité

  • Les 2/3 des victimes sont des femmes

  • 37% des personnes interrogées ont déjà vu un collègue subir le harcèlement

Dans 36% des cas le harcèlement est suivi du départ de la personne:

  • - 20%   de licenciements pour faute

  • - 9%  de départs négociés

  • - 7%  de démissions

  • - 1% de pré-retraites

  • - 30% en longue maladie, invalidité ou chômage pour inaptitude au travail

  ce qui fait que 66% des personnes qui subissent du harcèlement professionnel

sont exclue au moins temporairement du monde du travail.

 

 


Retour page d'accueil

Copyright © ACHM, 2004-2006